Cocotiers des Malabars

Évasion

Un magicien étrange
Sème des images
De lointains rivages
Peuplés d’arbres à franges


Il raconte l’invisible
A l’aveugle passant
Et propage les chants
De l’écho inaudible

Double vue

Le regard initié
Sans animosité
Fouille le monde
Sorti de la ronde


Hors des limites
Sans amanite
Il voit l’invisible
Et tait l’indicible


Où fond le rêve
s’atteint la grève
Loin des frontières
Naît la lumière

Mirage

Des formes étranges animent
La toile transparente
Puis en un instant s’abîment
Retour de l’attente

 

Le jeu captive l’esprit
Livré à l’hypnose
Chaque illusion il poursuit
conquis il se pose

Empreintes

Au pays des ranis et des Sultans
Emouchoirs ébouriffés
Soumis au caprice de la mousson
Vos longues palmes griffées
Diffusent histoires et chansons
De l’indigène et du conquérant

La Pause

Illusion d’harmonie
Toute norme abolit
L’émotion créé des lois
Reniant celles des rois

 

Secondes furtives
Images captives
Ouvre le regard
De celui qui s’égare

La Trêve

De dessous le drap constellé
Epuisé par des efforts destructeurs
Dans un ultime halètement
S’endort le colérique vent
Qui laisse place aux timides lueurs
Le pacte de paix est signé

Un air d'exotisme

Alignés au bord de l’estran
Comme des sentinelles
Troncs parés de bas résilles
Jaloux des saris chatoyants
Veillent sur les demoiselles
Qu’un seul sourire habille

Langage secret

Pause sur séquence
Bruissement du feuillage
Efface la frontière
Entre vide et matière
Vérité n’a pas d’âge
Chut ! Faisons silence

Évidence

Ailleurs, Plus loin
Bonheur, chagrin
En autrui, en soi
Avec ou sans toit
Tout là-bas et ici
siège le Paradis

Le messager

L’haleine parfumée d’épices
L’envoyé du ciel
Chante de l’Inde les délices
L’air au goût de miel
Berce les fragiles hélices
Aux reflets irréels

Dégradé savant

Noir et blanc réunis
Jouent un hymne à la vie
Chacun y perçoit présage
ou décrypte doux message

Une nuit à Malabar

Dans l’éternel été,
Boas ou fanfreluches,
Nuit câline et coquette
revêt sa jolie toilette
Que l’œil épluche
Jusqu’à la nudité

© 2017 par KEVA 

  • Facebook Classic
  • Instagram Social Icon